Eglise Notre Dame de Bayon

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Datée du XIIème siècle, l’église de Bayon-sur-Gironde intègre des éléments beaucoup plus anciens en particulier une pierre sculptée d’époque mérovingienne, la pierre de chancel, scellée dans le pied de l’autel.

La première église de Bayon dédiée à Saint Eloi était en bois. Elle ne résista pas à la furie incendiaire d'une expédition de Normands remontant la Gironde sur leurs drakkars pour piller Bordeaux. Les fondations de cette église se devinent encore dans les vignes voisines. Plus visible est la pierre de chancel maintenant incérée en façade de l'autel. Le chancel marquait, dans les anciennes églises, la séparation entre l'autel réservé au prêtre et la nef accessible à tous. Il était généralement constitué de pierres décorées. La seule pierre qui nous soit parvenue, datée de l'époque carolingienne (IXème siècle) ou mérovingienne (vers le VIème siècle), est gravée de motifs anciens d'influence orientale.

A l'entrée de l'église, un magnifique bloc de marbre sculpté servait de fonts baptismaux ("Fonts" pour fontaine). Il s'agit d'un chapiteau qui a été creusé. Les spécialistes le reconnaissent comme un chapiteau des Piliers de Tutelle, temple de Bordeaux construit à la fin du deuxième siècle.

Vers l'année 1185, les habitants de Bayon décident de se doter d'une église en dur. Romane à l’origine, l’église Notre Dame présentait une nef unique ainsi qu’un chevet simple avec une abside à sept pans extérieurs séparés par des piliers et un clocher à l’ouest. Puis est construit un transept qui en fait aujourd’hui une église de plan basilical. La sobriété de son intérieur et la pureté de ses formes séduisent tous ceux qui la visitent. Le clocher sur le porche d’entrée a été surhaussé au XIXe siècle. La pointe du clocher a été ajoutée en 1877 au-dessus du clocher roman abritant quatre cloches et supportant la statue de la Vierge Marie, oeuvre du sculpteur Mora, qui est également l'auteur de Notre-Dame d’Aquitaine, surmontant la flèche Pey Berland à la cathédrale de Bordeaux. Malgré les modifications portées sur le chevet au XIXe siècle, des dessins peuvent être observés sur les corbeaux, autant d’éléments iconographiques qui évoquent l’activité incessante des bayonnais au XIIe siècle.

Les vitraux :

Au coeur de l'abside, une représentation de la Vierge Marie rappelle la dédicace et le nom de "Notre Dame de Bayon". Elle est entourée de Saint Jean l'évangéliste à sa droite et de Saint Joseph à sa gauche. Quatre vitraux aux motifs géométriques complètent le choeur. Les absidioles sont éclairées au Nord par Saint Louis, Roi de France, surveillant une éventuelle pénétration des Anglais, et au sud par Saint Vincent protégeant les vignes. La nef est percée de quatre grands vitraux aux aussi aux motifs géométriques

 

   

D’après « Le patrimoine des communes de la gironde » - Flohic éditions

Soucieux de conserver et de valoriser ce patrimoine exceptionnel, les habitants de Bayon et leurs équipes municipales ont engagé une importante campagne de travaux en 1980. Presque tout a été consolidé, conforté, ravalé, réparé. 

 

   

Photos : Cathobordeaux 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+