Eglise de Saint Genès de Blaye

Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

L'église Saint Genès a été construite aux XIIIe et XIVe siècles et achevée en 1874.

Au XVIIIe siècle, une légende rapporte que l'église Saint Genès a été construite au coeur du petit village par les Anglais. Rien ne permet ni de l'attester, ni de l'infirmer. Sous l'Ancien Régime, la petite église est celle d'un prieuré qui dépend de l'abbaye Saint Romain de Blaye.

La partie la plus ancienne est sans nul doute la nef qui remonte au XIIIe siècle, à laquelle se rajoute le clocher et le porche édifiés plus tard. Le choeur semble avoir été remanié au XIVe siècle.

A la fin du XIXe siècle, le cimetière est déplacé, le collatéral et la sacristie sont ajoutés. L'intérieur est enrichi, sur le côté droit de la nef, de deux autels du XVIIIe siècle, dans le choeur un autel du XIXe siècle décoré de peintures représentant les symboles des quatre évangélistes, et de trois vitraux du XIXe siècle représentant Saint Genès, le Christ portant un agneau sur son épaule et Saint Louis, dont la fête tombe le même jour que celle du saint patron, le 25 août. Au fond de la nef figure un autel du XIXe siècle dédié à la Vierge ainsi que la statue de Marieen bois doré du XVIIIe siècle.

Vie de Saint Genès

Saint Genès est un comédien fameux de la fin du IIIe siècle qui profite de tout ce qu'il entend dire des chrétiens pour en faire des sujets de railleries et des bouffonneries qui lui valent un vif succès notamment auprès de l'empereur. Un jour, jouant le rôle d'un mourant, il demande à ce qu'un baptême lui soit administré théâtralement. Ce n'est pas du goût de Dioclétien qui le met à l'épreuve en le faisant porter sur un pupitre à la place d'une statue de Vénus. Saint Genès y affirmant sa nouvelle foi, l'empereur, fou de rage, fait prendre tous les comédiens qui l'ont baptisé, pensant qu'ils sont de connivence avec lui et les fait fouetter cruellement. Puis se déchaînant sur Saint Genès, il le fait conduire en prison et tourmenter par le prefet Placien. Il est mis sur le chevalet, il a les côtes déchirées par des ongles de fer et brulées par des flambeaux. Cependant Saint Genès ne renie pas sa foi, et l'empereur commande de la trancher la tête. Il est exécuté le 25 août 303.

 

D'après "Le patrimoine des communes de la Gironde" - Flohic éditions

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+