« Ouvre-toi ! »

Parole du Pape François avant l'angélus du 6 septembre 2015 - XXIIIème dimanche du temps ordinaire

Chers frères et sœurs, bonjour !

L’Evangile du jour (Mc 7,31-37) raconte la guérison d’un sourd-muet par Jésus. Cet événement prodigieux montre comment Jésus rétablit la pleine communication entre l’homme et Dieu. L’épisode se passe dans la région de la Décapole, soit en plein territoire païen ; le sourd-muet que l’on amène à Jésus symbolise donc l’acheminement du non-croyant vers la foi. Sa surdité exprime en effet l’incapacité à écouter et comprendre non seulement les paroles des hommes, mais aussi la Parole de Dieu. Et saint Paul nous rappelle que «  la foi naît de ce que l’on entend ; et ce que l’on entend, c’est la parole du Christ » (Rm 10,17).

La première chose que Jésus fait est de porter cet homme loin de la foule : il ne veut pas se donner en spectacle, ni que le vacarme des voix et les bavardages de la rue couvrent sa Parole. La Parole de Dieu que le Christ nous transmet a besoin de silence pour être accueillie en Parole qui guérit, réconcilie, renoue les fils de la communication.

Puis deux gestes de Jésus sont mis en évidence. Il touche les oreilles et la langue du sourd-muet. Pour renouer avec cet homme « bloqué » dans sa communication, il essaie d’abord de rétablir le contact. Mais le miracle est un don qui vient d’en haut, Jésus implore donc le Père en levant les yeux au ciel. Il ordonne : « Ouvre-toi ! » Et les oreilles du sourd s’ouvrent, sa langue se délie et il se met à parler correctement (cf. v. 35).

La leçon à tirer de cet épisode, c’est que Dieu n’est pas refermé sur lui-même, mais s’ouvre et entre en communication avec l’humanité. Dans son immense miséricorde, il franchit l’infinie différence qui nous sépare de Lui, et vient à notre rencontre. Pour réaliser cette communication avec l’homme, Dieu se fait homme : la loi et les prophètes pour nous parler ne lui suffisent plus, il se rend présent dans la personne de son Fils, la Parole faite chair. Jésus est le grand « constructeur de ponts », qui érige en lui-même le grand pont de la pleine communion avec le Père.

Mais cet Evangile nous parle aussi de nous : il nous arrive souvent de nous replier sur nous-mêmes, de nous fermer, et de créer beaucoup d’îles inaccessibles et inhospitalières ; de créer, jusque dans nos relations humaines les plus élémentaires, des situations incapables d’ouverture réciproque : fermeture dans le couple, en famille, en groupe, paroisse fermée, patrie fermée … Tout cela ne vient pas de Dieu ! Cela vient de nous, c’est notre péché.

Or, à l’origine de notre vie chrétienne, dans le baptême, figurent ce geste et cette parole de Jésus : « Effatà ! – Ouvre-toi ! » Et le miracle s’est accompli : nous avons tous été guéris de l’égoïsme et du mutisme de la fermeture et du péché, et avons rejoint la grande famille de l’Église ; nous pouvons écouter Dieu qui nous parle et transmettre sa Parole à tous ceux qui ne l’ont jamais entendue, ou qui l’ont oubliée et ensevelie sous les épines des préoccupations et des leurres du monde.

Demandons à la Sainte Vierge, femme d’écoute et de joyeux témoignage, de nous soutenir dans notre engagement à professer notre foi et transmettre les merveilles du Seigneur à tous ceux que nous rencontrons sur notre chemin.