Dimanche 9 février 2014 - 5ème dimanche du Temps ordinaire

Commentaire de l'Évangile selon Matthieu (5, 13-16) par Sœur Agnès, cistercienne de la communauté du Rivet à Auros.

« Vous êtes la lumière du monde... »

Quelle est donc cette prétention de Jésus d'investir ses disciples d'une telle mission ? Être « le sel de la terre » ou « le levain dans la pâte », passe encore... mais « la lumière du monde »... difficile de comprendre et d'harmoniser avec l'humilité qu'il exige par ailleurs. Or Jésus dit bien « vous êtes la lumière du monde » et pose une énigme...

Avant d'aller plus loin dans notre lecture, il faut avoir à l'esprit que, selon l'usage de son temps, Jésus utilise un langage métaphorique. Les images qu'il emploie ouvrent à une multitude de sens, visant un déplacement de ses auditeurs. Le sel, la lumière, la ville, la montagne, la lampe, le boisseau, le lampadaire, la maison, autant d'éléments universels dans le temps et dans l'espace appelés à produire du sens.

La lumière, indispensable à la vie est le symbole par excellence de Dieu. Dans le livre de la Genèse, elle est aussi le premier élément créé. Elle symbolise donc le passage du chaos, des ténèbres, du non-sens, du mal, à l'ordre, à l'harmonie, au bien désirés par Dieu.

Au moins deux autres mots de l'évangile de ce dimanche se retrouvent dans le récit de la création. L'incise « en voyant ce que vous faites de bien » contient les termes « faire » et « bien ». En grec « faire » « poieo » signifie aussi « créer ». « Bien » « kalon » signifie encore « bon » et « beau ».

En mettant ces deux mots en corrélation directe avec la lumière des disciples, Jésus donne lui-même une clé de l'énigme. « Être lumière » revient à « faire-créer le bien-beau-bon ». Autrement dit « être lumière » signifie nous tenir à la source, à la genèse de notre être qui le Dieu créateur et Père, et avec lui collaborer à l’œuvre créatrice.

Il ne s'agit donc pas de chercher à se faire voir, ni à se faire valoir et encore moins de faire du tapage médiatique. Il s'agit, dans les moindres de nos actes, tout comme dans les décisions importantes, de chercher à être en communion avec le Dieu Père, Fils et Esprit-saint. Alors, le plus souvent à notre insu, la lumière transparaît et se communique.

Nelson Mendela écrit : « En faisant scintiller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d'en faire autant.  »