billet whatsapp de la semaine 08/03/2021

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Les billets du jour de la semaine du 8 mars 2021

Billet du jour : Christine Hugues le 8 mars

Deuxième livres des Rois, 2R5, 1-15a
Il peut nous paraître compliqué d admettre que de faire des choses simples répond au dessein que Dieu a pour nous.
Je retire de cette lecture que je n ai nul besoin de combattre ou de déplacer des montagnes pour plaire à notre Seigneur.
Naaman est en colère et croit que le Roi se moque de lui.
Mais en faisant une chose simple, se baigner dans le Jourdain, s'y plonger 7 fois, Dieu l'exauce et le guérit. L'eau toujours présente dans notre vie de Chrétien.
Accepter que le projet que Dieu a pour nous est de faire partie avec grande humilité du peuple de Dieu. Que nos actions soient plus simples que nous l'envisagions. De répondre présent pour des demandes simples, une écoute attentive et attentionnée, une parole réconfortante et bienveillante, un soutien fraternel, ou un accueil joyeux.
Quel dessein Dieu a pour moi ?
Comment puis-je répondre à son attente ?
Je rend grâce à Dieu et que sa lumière et sa vérité guide mes pas. 🙏💗
Belle journée à tous. Christine

Billet du jour : Christine Belougne le 9 mars

Évangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu (18,21-35)
En ce temps-là, Pierre s’approcha de Jésus pour lui demander : « Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à 7 fois ? » Jésus lui répondit « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à 70 fois sept fois. »
Pourquoi pardonner soixante-dix fois sept fois ?
Le Christ appelle ses disciples à pardonner soixante-dix fois sept fois ! C’est une référence à un autre texte de la Bible. A la démesure de la violence, il faut opposer la démesure du pardon.
Pierre pouvait légitimement penser qu’avec ses sept fois il avait bonne conscience. Le nombre sept en effet évoque la totalité. Pardonner sept fois, c’est pardonner toujours.
Pourquoi Jésus fait-il alors de la surenchère ? Veut-il simplement souligner l’exigence absolue du pardon ?
Le fait de pardonner 70 fois 7 fois encouragerait l’incitation à pécher. Existe-t-il vraiment de petits ou de grands péchés. Le pardon chrétien ne fait pas de différence.
Pardonner n’est pas une chose facile mais qui rend heureux et libère la personne offensée. Lorsque l’on donne à l’homme le commandement de pardonner, il faut aussi lui fournir une raison pour le faire. C’est ce que fait Jésus avec la parabole du roi et des deux serviteurs. La parabole explique clairement pourquoi il faut pardonner : parce que Dieu a pardonné et nous pardonne le premier.
Aimer Dieu peut paraître facile. Mais pour aimer Dieu, il faut aussi aimer nos frères. Donc si je fais du mal à quelqu’un, c’est à Dieu que je le fais ! Si je refuse mon pardon à quelqu’un, c’est Dieu que je refuse d’accueillir et d’aimer !
A différents moments de la messe, des prières comme « je confesse à Dieu » nous permettent directement d’être pardonnés de nos péchés, mais rien ne vaut le sacrement de réconciliation.
Il n’y a pas que de grands pardons ; il y a aussi les pardons dans la vie de tous les jours. Que faire lorsque l’on découvre que nous avons été trahis par une personne proche ? La personne doit réfléchir comment doit elle réagir ? C’est une question très délicate. Je pense qu’avec la prière, la force de pardonner sera plus facile et plus intense. Le souffle de l’Esprit Saint permettra de raviver la flamme de l’amitié ou de l’amour envers la personne fautive.
Est-il plus facile de demander pardon, de pardonner ou d’accepter le pardon ?
Bonne journée à tous
Christine

Billet du jour : Brigitte le 10 mars

Dans l’évangile selon St Matthieu (5, 17-19) pour Jésus il n’est pas question d’abolir le passé, ni de le conserver tel quel. Il faut lui donner une vie nouvelle, dans une sorte d’accomplissement, d’achèvement. Ce n’est pas parce qu’une tradition est ancienne qu’elle est bonne. Ce n’est pas parce qu’une idée est nouvelle, qu’elle est meilleure.
Le Carême est un temps propice pour se laisser enseigner et découvrir notre royaume intérieur, ce beau et bon pays que Dieu nous donne.
(Homélie du pape François à sainte Marthe, 14 juin 2016):
Le Seigneur répète donc ce qui était dans l’Ancien Testament : quel est le commandement le plus grand ? Aimer Dieu, avec tout son cœur, avec toutes ses forces, avec toute l’âme, et le prochain comme toi-même. Et dans l’explication des Docteurs de la Loi ceci n’était pas tellement au centre. Au centre, il y avait les cas : mais on peut faire ça ? Jusqu’à quel point peut-on faire ça ? Et si on ne peut pas ? La casuistique (les subtilités humaines) propre de la Loi. Et Jésus prend ceci et reprend le vrai sens de la Loi pour la porter à sa plénitude.
Bonne journée, Brigitte

Billet du jour : Myriam le 11 mars

Après avoir été tenté par Satan au désert, voici que Jésus chasse les démons. Aujourd’hui, il s’agit d’un homme que le démon a rendu muet. Contrairement à ce que nous pourrions croire ou être tentés de croire, il ne s’agit pas là d’une image ou bien d’une explication du handicap de cet homme. Non, les démons existent bel et bien, et ils agissent dans le monde, dans nos vies. Comme le rappelle C.S. Lewis dans son livre Tactiques du Diable , le but de Satan est justement de nous faire croire qu’il n’existe pas afin de nous endormir, pour qu’ainsi nous ne puissions pas combattre contre lui.
Or, « Quand l’homme fort, et bien armé, garde son palais, tout ce qui lui appartient est en sécurité. » D’où cet homme tire t’il sa force ? Quelles sont ses armes ?
« Celui qui n’est pas avec moi est contre moi. »
Si nous avons parfois du mal à choisir Dieu, lui, il nous a déjà choisis. Il est avec nous, pour nous. C’est à nous de choisir si nous voulons combattre avec lui ou contre lui. Si nous voulons combattre avec lui, contre les démons, alors il nous donne toutes ses armes, il nous envoie son Esprit Saint pour nous donner sa force. Ses armes, ce sont la prière et le jeûne. Et si nous combattons avec foi, avec fidélité, alors nous pouvons gagner le combat !
Dans 9 jours, nous fêterons Saint Joseph. Pourquoi ne pas commencer une neuvaine pour lui demander une grâce spéciale ?
Demain nous serons le 4e vendredi de Carême, pourquoi ne pas décider de jeûner pour demander la conversion d’une personne ou le salut des âmes du purgatoire ?
Prenons les armes de Dieu pour le combat spirituel ! Combattons avec foi et dans l’espérance car nous savons que Jésus a déjà remporté la victoire finale comme nous le fêterons à Pâques !

Myriam ARDOUIN.

Billet du jour : Marie-Christine le 12 mars

Dans l'évangile de ce jour, Mc 12,28b-34,
Un scribe demande à Jésus : "Quel est le premier de tous les commandements ?"
Jésus lui fit cette réponse :
"Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force.
Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme Toi-même. "
La réponse de Jésus est claire : c'est l'amour,
L'amour de Dieu et du prochain, pas d'amour de Dieu sans amour du prochain, l'un et l'autre commandement ne font plus qu'un, et Jésus ajoute qu'il n'y a pas de commandement plus grand que ceux-là, "
A ces deux commandements Jésus n'ajoute rien.
Jésus ne tiens pas particulièrement à être le Dieu de nos dimanches matins ou de nos célébrations, il veut être le Seigneur de nos vies entières :"choisis d'aimer, aie en toi la volonté d'aimer et d'aimer l'autre même lorsqu'il ne sera pas aimable, notre tâche est de choisir,c'est toute notre loi."
Le scribe reformule la réponse de Jésus :
"...Dieu est l'unique et il n'y en a pas d'autre que lui. L'aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force et d'aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toute offrande d'holocaustes et de sacrifices. "
Jésus n'a senti en ce scribe aucun piège, aucune fausseté, voilà pourquoi il peut lui dire :"tu n'es pas loin du Royaume de Dieu. "
La conclusion de Jésus est un encouragement, parce que tu as compris que le plus important est d'aimer, heureux es tu, tu es tout proche du Royaume.
C'est à chacun de nous que Jésus s'adresse :tu n'es pas loin de Dieu, si tu as entrevu l'importance de la charité, si tu as compris qu'il faut vouloir pour ton frère ce que tu veux pour toi :une vie joyeuse, donnée, efficace, l'amitié de Dieu ;
Alors Seigneur, si je ne suis pas loin, dis moi aujourd'hui,ce qui me manque pour être tout près de toi.

Merci pour le billet de mariage,et bonne journée à vous tous.

Billet du jour : Didier le 13 mars

Chers amis,

Nous voilà déjà bien avancés dans la longue marche qui nous mène à la fête de la résurrection du Christ. Pendant la période de Carême, nous sommes invités à nous priver un peu, à aller d'avantage vers notre prochain. Nous priver de quoi ? De chocolat, de cigarettes, de café ? Aimer davantage notre prochain ? Pourrai-je arriver à aimer ma vieille voisine qui me reproche la pluie qui tombe sur son toit et les feuilles qui tombent des arbres ? Dans d'autres religions, il me suffirait de ne pas manger ni boire du point du jour au crépuscule, quitte à faire la fête ensuite. Un exploit sportif en quelque sorte... le marathon du jeûne. Ma religion me laisse ma liberté mais comme toujours en matière de liberté c'est pour demander plus et mieux. Comment userai-je de ma liberté ? Comment arriverai-je à la fête de la résurrection en ayant progressé dans ma vie, dans ma relation à l'autre, dans ma prière ? Long est le chemin du mercredi des cendres à la fête de la résurrection, long est le chemin de ma vie ordinaire au Royaume de Dieu.

Bonne continuation de carême à tous, puissions nous trouver notre voie, et félicitations à Thomas et Basile qui suivent la leur avec succès.

Didier

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+