"Affermis tes frères"

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Edito du dimanche 8 mars 2020.

Mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas. Toi donc, quand tu seras revenu, affermis tes frères ». Lc 22, 32

Cette affirmation confiée par le Christ à Saint Pierre à la veille de sa Passion a trouvé cette semaine, une heureuse actualisation lors de la première venue de notre archevêque dans nos Hauts-de-Gironde. A peine arrivé à Bordeaux, Mgr Jean-Paul James a en effet émis le désir de pouvoir aller à la rencontre de chacun de nos dix ensembles pastoraux afin de découvrir les visages des prêtres, diacres, laïcs engagés dans la mission et tous les diocésains qui auront pris le temps de venir à sa rencontre. Mais jeudi, c’est bien nous qui avons été enthousiasmé par sa venue et, malgré les quelques heures d’un emploi du temps bien chargé, reçu sa grâce d’émerveillement et déjà de remerciements envers tous.

Qu’est ce qu’un évêque sans ses prêtres, diacres, laïcs et tous les diocésains ? Qu’est ce qu’un évêque sans tous ceux qui l’ont précédé ? Voilà, en des termes similaires, ce que monseigneur nous a partagé lors de l’homélie de la messe, rappelant ainsi combien c’est chacun et nous tous qui sommes concernés et reconnaissants d’une mission confiée par le Seigneur ; mission qui nous dépasse souvent mais dont nous pouvons toutefois être témoins émus et reconnaissants.

« Affermis tes frères ! »  Rendre ferme, solide, au sens étymologique. Nous avons tous besoin d’être affermis. Pour l’avoir négligé, des croyants peuvent tomber dans la désespérance et le découragement sur la présence et l’action de Dieu au cœur de leur vie de foi et leur charité. Et si le Seigneur, dans cette œuvre d’affermissement, met tant de moyens à notre disposition comme les saintes Écritures ou l’accès à ses sacrements, nous avons également besoin de la médiation de nos frères et sœurs chrétiens, parce que nous ne sommes jamais chrétiens tout seuls ! Et c’est bien sur ce chemin que notre évêque souriant est venu nous précéder.

Cette phrase du Seigneur à Saint-Pierre, nous l’entendons également sur notre chemin de Carême. ‘Quand tu seras revenu’, dit Jésus. D'autres traductions préfèrent employer le mot ‘quand tu seras converti’. Il faudra pour Pierre les événements de la Passion et de la Résurrection pour vivre en son cœur d’une façon renouvelée son amitié à Jésus qui, désormais, ne fera plus jamais défaut. Nous aussi, en ce second dimanche de Carême où l’Eglise nous donne d’honorer le Christ transfiguré, vivons nous aussi en enfants de lumière, cherchant à éloigner de nous toutes ténèbres afin de laisser le Christ nous confirmer les formes dans lesquelles notre mission pourra contribuer à ce service d’amour qu’il désire pour ce monde.

Votre curé, abbé Jean-Laurent MARTIN

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+