Par la solidité des enseignements que tu as entendus

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Edito du dimanche 27 janvier 2019

« Beaucoup ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, d’après ce que nous ont transmis ceux qui, dès le commencement, furent témoins oculaires et serviteurs de la Parole. C’est pourquoi j’ai décidé, moi aussi, après avoir recueilli avec précision des informations concernant tout ce qui s’est passé depuis le début, d’écrire pour toi, excellent Théophile, un exposé suivi, afin que tu te rendes bien compte de la solidité des enseignements que tu as entendus ». (Lc 1, 1-4)

Ainsi commence l’évangile de Luc, un homme cultivé, maniant le grec avec dextérité et ayant étudié la médecine. Celui que la Tradition retient comme l’auteur du troisième évangile et des Actes des Apôtres, toujours soucieux d'authenticité, nous dit ici avoir étudié ses sources, comme le médecin écoute son patient pour mieux dire un diagnostic. Au travers de « l’excellent Théophile », qui devient la figure paradigmatique de l’Église qui reçoit ce témoignage écrit comme le dépôt de la foi, la parole de Dieu nous est transmise, également à nous tous, vingt siècles plus tard, pour l’assimiler et la transmettre fidèlement, tel un remède aux maux de l’âme.

Tel est le message de salut qui nous est livré depuis l’incarnation du Fils de Dieu qui, par la personne de Jésus, s’est donné à voir et entendre sur un petit territoire d’Israël (Nazareth et ses alentours) pour se propager sur toute l’étendue de la terre afin que, génération après génération, des amis du Christ confirment par leur témoignage et leur vécu ce qu’ils ont reçus.

Parfois, il peut nous arriver d'en avoir assez d'entendre que l'Église est morte, qu'elle ne veut pas changer, que les prêtres sont comme ceci ou comme cela, que les catholiques avancent à reculons, que l'Église refuse certaines évolutions de la société et que son vocabulaire est périmé…

« On ne naît pas chrétien, on le devient », disait Tertullien. Devenir suppose de marcher, cheminer, d'être en mouvement et en discernement. Depuis sa fondation, l'Église chemine et avance avec les peuples à qui elle annonce la Bonne Nouvelle. Notre époque ne fait pas exception. Parce que la Foi n'est jamais acquise définitivement ; elle est vivante et dynamique. Tous au long de ces semaines, dans notre secteur, des chrétiens entrent dans cette recherche avec les Parcours Alpha ou Zachée, la même décrite autrefois par saint Luc en prologue de son évangile. Avec eux réjouissons-nous et entrons dans la Bonne Nouvelle !

Votre curé, Jean-Laurent MARTIN

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+