Monseigneur Ricard va quitter Bordeaux

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Edito du dimanche 25 août 2019.

Dimanche dernier, la parole était laissée à Mgr Ricard dans I'une de ses prises de paroles lorsque recevant la médaille de ra ville de Bordeaux, il livrait quelques souvenirs de ces 18 années passées à la tête de notre diocèse. II y avait été nommé par le pape Jean-Paul Il le 21 décembre 2001. Celui qui a présidé pendant deux mandats la conférence des évêques de France (2001-2007) a aussi siégé à la congrégation pour la doctrine de la foi, chère au coeur du pape Benoît XVI. C'est ce dernier qui fit l'enfant de Marseille, ordonné prêtre en octobre 1968, cardinal le 24 mars 2006. Comme il est d'usage et dès que Rome aura accepté la démission de l'évêque bordelais à la suite de ses 75 ans (25 septembre 2019), une messe de départ sera organisée pour acter symboliquement l'au revoir du cardinal aux fidèles du diocèse. Celle-ci est déjà prévue le 20 octobre prochain à la cathédrale Saint-André.
Par la suite, trois options sont possibles pour connaître son remplaçant :

1- Étant dûment informés du départ de l'Archevêque, le nonce et le pape ont pu anticiper la nomination du successeur et le jour où Mgr Ricard quitte le diocèse, nous apprendrons le nom du nouvel archevêque.

2 - ou bien, souhaitant avoir plus de temps pour pourvoir le siège de Bordeaux, le pape nomme un administrateur apostolique. Généralement un évêque. Cela peut-être un évêque déjà en responsabilité, un évêque émérite ou l'évêque auxiliaire du diocèse.

3 -ou encore, le pape peut laisser faire les institutions qui prévoient une solution locale en attendant la nomination du nouvel Archevêque. Un groupe de prêtres issus du conseil presbytéral que l'on appelle le collège des consulteurs se rassemble dans les huit jours après le départ constaté de l'Archevêque et élit un administrateur diocésain évêque ou prêtre. Si un administrateur est nommé ou élu, ce dernier gère les affaires courantes du diocèse. Il ne peut prendre d'initiatives majeures. Pendant ce temps, la responsabilité de l'évêque métropolitain échoit à l'évêque suffragant de la province le plus ancien par promotion. En l'occurrence, il s'agit de Mgr Hubert Herbreteau, évêque d'Agen, qui assurerait ce rôle de "frère aîné" de ses confrères évêques en attendant le nouvel archevêque.

Quant à Mgr Ricard, il a exprimé le désir de se retirer ensuite dans le diocèse de Digne où, bien qu'à la retraite, il pourra aider les prêtres présents dans ce diocèse. Espérons qu'en dépit de toutes les sollicitations romaines, il puisse égarement prendre un temps de repos bien mérité...

Abbé Jean-Laurent Martin

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+