Marie dans la joie de Pâques

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Edito du dimanche 5 mai 2019

Voici déjà le troisième dimanche de Pâques ! La résurrection du Christ dépasse maintenant la seule ville de Jérusalem puisque Jésus donne rendez-vous à ses disciples au lieu des ‘premiers amours’ vers Tibériade.  Ces témoins de Jésus ressuscité seront plus tard ceux qui seront conduits devant le Sanhédrin pour proclamer de la Résurrection en face de juifs croyants qui, malgré leur science de l’Ecriture et de son interprétation n’ont pas eu la même perception que les Apôtres des évènements de Pâques. Et même le fouet ne leur empêchera pas de prêcher la Bonne Nouvelle du Salut, « Heureux d’avoir été jugés dignes de subir des humiliations pour le Nom de Jésus » !

Par ailleurs, ce premier dimanche du mois de mai nous fait entrer dans ce que la tradition en France désignait sous le nom de "Mois de Marie". La dédicace d'un mois à une dévotion particulière est une forme de piété populaire. La dévotion du mois de Marie (mois de mai) est apparue à Rome au début du XVIIIe siècle. Elle s'est répandue d'abord en Italie sous l'influence des jésuites et est arrivée en France à la fin du XVIIIe siècle. Elle a été approuvée par le pape Pie VII au début du XIXe siècle (21 novembre 1815) après avoir subi l'opposition des jansénistes.        

Tout au long de ce mois qui verra également se vivre la solennité de l'Ascension, par la prière, nous découvrons comment Marie s'est associée à la vie de son Fils et sa promesse de bonheur pour notre humanité, à l'image des belles  paroles du Regina Coeli :

                Regina coeli laetare alleluia !                       "Reine du ciel, réjouis-toi, alléluia !

                Quia quem meruisti portare, alleluia !     Car celui que tu as porté en ton sein, alléluia !

                Resurrexit, sicut dixit, alleluia !                   Il est ressuscité, comme il l'avait annoncé. Alléluia !

                Ora pro nobis Deum, alleluia !                     Prie pour nous le Seigneur notre Dieu, alléluia !"

En ce temps glorieux de l'annonciation de Pâques, que Marie nous enseigne à ne point désespérer dans l'arrachement de nos multiples infidélités. Un jour viendra où la mort révèlera dans notre être cette gloire que nous avons recherché tout au long de notre vie. En attendant, nous n'avons pas trop de la cinquantaine pascale pour méditer, à l'heure de l'Angelus, ce grand mystère par lequel nous sommes déjà engagés et qui, dans la joie pascale de Marie, nous fait passer chaque jour de l'angoisse à la vie.

Votre curé, Jean-Laurent MARTIN

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+