Le temps bienheureux du Carême

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Edito du dimanche 1er mars 2020.

Ça y est, depuis mercredi dernier, jour des Cendres, nous sommes entrés dans le temps bienheureux du Carême. Plus que tout autre moment de l’année, le Carême est un temps de conversion, de retournement non seulement sur nous-mêmes mais également sur notre vie placée sous la lumière de Dieu. La Parole de Dieu nous plongera loin dans l’histoire du peuple de Dieu, en particulier pendant les quarante années passées au désert par Israël entre sa sortie d’Égypte et son entrée en terre promise. Nous entendrons, dès ce dimanche, les quarante jours passés par le Christ au désert entre son baptême et le début de sa vie publique. Comme une préparation à de nouveaux commencements ... C’est déjà un peu cela que les prêtres et diacres de notre diocèse ont été invités à vivre, à l’invitation de Gilles Rebèche, diacre permanent à Toulon, en orientant leurs regards et leurs cœurs vers le passage essentiel que nous serons tous invités à franchir dans la nuit Pascale.

Le carême est un temps de marche vers un objectif précis : la Résurrection de Jésus. Au désert, le Christ a mené un combat spirituel dont il est sorti victorieux. À sa suite, il ne s’agit pas de faire des efforts par nos propres forces humaines mais de laisser le Christ nous habiter pour faire sa volonté et nous laisser guider par l’Esprit. Durant le temps du Carême, nous sommes invités à nous donner des moyens concrets, dans la prière, la pénitence et l’aumône pour nous aider à discerner les priorités de notre vie. Cette démarche personnelle, le chrétien est invité à la vivre également dans un mouvement collectif en vue de l’édification du Corps du Christ qui est l’Église. Ici, les propositions ne manqueront pas tout au long des semaines à venir : temps de prières (vêpres du dimanche soir, chemin de croix du vendredi) ou d'adorations eucharistiques, temps pour approfondir ma connaissance de Dieu ou la vie fraternelle (dimanche après-midi, 19 mars), temps pour recevoir le pardon par la confession, temps de poser des actes de partage. Tout cela offre, accompagné par mes frères et sœurs de la communauté, un cheminement spirituel qui, jusqu'au jour de Pâques, m'aura permis d'offrir au Christ ressuscité un cœur renouvelé, rayonnant et disponible à Son action dans ma vie.

Et comme une illustration magnifique que nous ne sommes pas seuls sur ce chemin, nous y trouverons, dès cette semaine, un de ses témoins qui nous affermit dans la personne de notre nouvel archevêque, Mgr Jean-Paul James que nos ‘Hauts-de-Gironde’ accueillent ce jeudi. Ne manquons pas le rendez-vous pour commencer ce Carême dans une belle joie !

Abbé Jean-Laurent Martin, curé

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+