Fête de la Trinité et fête des mères

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Edito du dimanche 7 mai 2020.

Il est heureux que la fête des mères coïncide cette année avec la fête de la très Sainte Trinité, le mystère qui éclaire toute vie humaine véritable. En effet, la relation qui nous lie avec notre mère reste existentielle, irremplaçable, ineffaçable et toujours affectueuse, à l'image et à la ressemblance, de la relation trinitaire, quoique d'un autre ordre.

Exprimons aujourd'hui notre reconnaissance filiale à nos mères, qu'elles soient encore en pèlerinage avec nous sur la terre ou déjà entrées en Dieu dans les cieux, partout ce qu,elles font pour nous. Elles nous portent encore dans leur cœur vigilant pour que nous ne trébuchions pas, que nous ne nous trompions pas, que nous ne nous laissions pas fourvoyés. Elles sont prêtes à payer pour nous toute rançon, elles peuvent mourir à notre place. Elles voudraient même croire en Dieu à la place de leurs enfants qui ne croient pas et dont la destinée éternelle ne parait pas certaine. Elles seules connaissent la valeur de notre vie. Elles seules sur terre savent nous manifester l'amour le plus désintéressé ; seul le succès de nos vies fait leur consolation.

La relation qui lie la mère à ses enfants est un mystère ; les enfants ne le comprennent pas toujours, jusqu'à ce qu,ils deviennent à leur tour des mères ou des pères. En attendant, et surtout au moment où le garçon semble retrouver, en une autre femme, comme l'image de sa mère qu'il épouse, la mère paraît encombrante, oppressive, possessive et accablante. Chères mamans, nous regrettons ces folies, ces rêves d'indépendance absolue, ces surdités qui nous font éviter le dialogue et supprimer les repères.

Chères mamans, en cette fête de la Très Sainte Trinité, priez pour nous, invoquez sur nous, vos enfants, la miséricorde et le pardon de Dieu. Implorez sur nous la Lumière, l,Amour, la Communion, l'Unité et la Joie de la Très Sainte Trinité. Ce que vous n,avez pas pu nous donner par vous-mêmes, faites que Dieu nous l,accorde. En même temps, en cette solennelle occasion de vôtre fête, nous vos enfants, nous voulons vous bénir. eue Dieu vous donne la paix et le bonheur, qu'il vous console et vous réjouisse. eu,il écoute vos prières et vous unisse à lui en toutes choses et pour toujours. eue la grâce de Dieu vous plonge toujours dans le mystère de la Très Sainte Trinité au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

Abbé Patient AKAKPO, vicaire.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+