Festival des familles

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Edito du dimanche 14 octobre 2019.

Entrons dans le festival de la famille. Joignons-nous à cette fête et festoyons avec allégresse pour nous-mêmes et pour la famille humaine. Cette fête est bien la nôtre parce que nous venons d'une famille et la famille est notre milieu naturel et notre aspiration véritable.

Que les époux se contemplent et se souviennent de leur amour fondateur ; cet amour qui était tout-grand, tout-large, tout-profond et tout-puissant : il embrassait le présent et l'avenir, le bonheur et la gloire. Il n'avait peur de rien, ni des montagnes ni des vallées, ni des eaux ni des vents, ni de la vie ni de la mort, ni du temps ni de l'éternité. N'est-ce pas ?

Au cœur de ce festival, allons à la rencontre de celui qui est à l'origine d'une telle allégresse : allons à la source de la famille révélée dans la Parole de Dieu. Au commencement « Dieu dit : Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance ; Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa ; mâle et femelle il les créa. Dieu les bénit et Dieu leur dit : soyez féconds et prolifiques » (Gn 1", 26a.27-28a). L'expression "faisons" implique la décision trinitaire de Dieu. L'expression « à notre image » introduit, dans cette décision, l'implication de son image. Elle appelle aussi l'assentiment de sa ressemblance, cet ordre inscrit dans l'homme de devoir toujours ressembler à Dieu son créateur et qui fait de lui, dès cet instant décisif, un collaborateur de Dieu. Dans la création de l'homme, Dieu fait exister trois réalités indissociables : son image (de famille qui n'est que lui-même), l'homme et la femme. Dieu, famille trinitaire, n'a voulu l'homme que famille, en famille, par la famille et pour la famille. Et lui-même demeure pour la famille, le lien de son unité, la finalité de son existence et le moteur de sa mission. Cette mission fait de l'homme, le serviteur de l'oeuvre de la création de la conservation et de l'accomplissement de l'homme en Dieu.

Un jour, au sein de la famille, l'image de Dieu s'est fait homme, en Jésus-Christ, pour réaliser l'espérance humaine. Il n'est donc pas de notre nature d'homme ni de la volonté de Dieu de fractionner la famille, de manipuler cette cellule fondamentale ou de détruire ainsi l'humanité. L'ennemi qui le fait sait qu'il s'oppose à Dieu, à son oeuvre et se détruit lui-même.

Père Patient AKAKPO, vicaire

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+