édito du 11 février 2024

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Hebdomadier de la paroisse Blaye et Bourg

Trois recommandations pour vivre un bon carême :

L'aumône. Impossible de la réduire à un geste ponctuel de charité. Traditionnellement,        « l'aumônier », avant de désigner un ministère particulier, caractérise tout chrétien qui prend soin de l'autre, de ses plus proches ou de ceux qui lui sont plus lointain, sans oublier leurs besoins corporels. Aussi le signe recommandé consiste à prélever sur ses propres biens, en proportion de ses possibilités, pour soulager la misère de l'autre qu'un système inhumain, qui spécule même sur le blé et le riz, ne cesse de produire.

La prière dont il est ici question est celle que l'on fait dans sa chambre, entendons par là au plus intime de soi, là où on est à découvert, à nu, dans une relation d’amour et une prière du cœur. Le signe recommandé consiste à prendre un peu plus de temps pour cette prière personnelle .

Le jeûne est invitation à nous alléger du poids de trop de biens de consommation, de placards qui débordent, d’un flot d’images dont on est gavé. Le signe recommandé en est le jeûne de nourriture et de boisson, quelques repas, manifestant ainsi la volonté de se désencombrer et de creuser en soi le désir d'une vie plus vraie, plus loin que toutes ces saturations, car l'homme ne vit pas que de pain ! C'est aussi l'occasion de se détacher de tout ce qui éloigne de Dieu, c'est pourquoi le jeûne ne prend pas toujours la forme de « privation de nourriture », mais peut être plus large. Aussi, se priver de nourriture permet de mieux prendre conscience de ce que tant d'êtres humains sur Terre vivent au quotidien, et rester dans une attitude d'accueil : que le prochain en difficulté ne nous soit pas étranger (cf. Deus caritas est, 15). « Les fidèles de l’Église catholique-romaine sont tenus à l'abstinence et au jeûne le Mercredi des Cendres et le vendredi saint »(canons 1249 à 1252 du Code de Droit Canonique) sauf cas particuliers (jeunes enfants moins de 14ans, personnes malades, personnes âgées
plus de 60 ans, personnes ayant un métier physiquement difficile).

Une attitude. Notre temps aime bien tout ce qui se voit. La visibilité est un discours qui envahit tous les domaines. Jésus, Lui, nous invite à la discrétion et au secret évangélique. Ne nous y trompons pas. Ces trois chemins sont des chemins de liberté ! Pourquoi ne pas y risquer quelques pas.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+