consécration de l'autel de saint-ciers-de-canesse

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Edito du dimanche 6 septembre la consécration d'un autel

Secteurs Pastoraux de Blaye et (le Bourg

Dans la suite de l'édito publié la semaine dernière, et suite à plusieurs questions d’entre vous, en particulier sur le fondement de poser des reliques dans un autel, permettez-moi de revenir encore quelques instants sur ce rite magnifique et particulièrement significatif que constitue Ia consécration d’un autel tel que nous le vivrons samedi prochain à Saint-Ciers-de-Canesse. Dans son 'Dictionnaire de liturgie’, Mgr Robert Le Gall revient sur le déroulement de la célébration: « Après le Credo, les litanies des Saints tiennent lieu de Prière universelle : l’Église de la terre se joint à l’Église du ciel. Des reliques de martyrs et d’autres saints sont alors scellées dans l’autel, en signe de l’unité du Corps mystique dans le Christ. Suit la grande prière de dédicace, admirable condensé de tout le mystère de l’Église et de la liturgie. Comme pour une confirmation, vient le rite de l’onction des cinq croix de l’autel ainsi que de toute la table d'autel, puis des douze (ou quatre tout au moins) croix de consécration de l’église ; cette onction se fait avec le saint chrême. On fait alors flamber de l’encens sur l’autel, en signe de la prière qui devra continuer à monter vers Dieu dans cette église, la remplissant de la bonne odeur du Christ (2 Co, 2, 14-16) ; l’on encense l’assemblée, temple vivant dont l’autre est le signe. Des nappes sont mises sur l’autel, manifestant qu’il est la table du sacrifice eucharistique ; on allume des cierges, auprès de l’autel ou sur l’autel, puis toutes les lampes possibles, en symbole du Christ qui est la Lumière du monde (ln 8, 12 ; 9, 5). Le sacrifice eucharistique est finalement le rite essentiel de la dédicace. »

Dans l'autel de Saint-Ciers—de-Canesse seront donc scellées un fragment d'os des corps de :

—Saint André, apôtre, patron du diocèse et de la cathédrale

— Saint Jean-Baptiste, précurseur du Christ, patron de l'église de Saint-Ciers-de—Canesse

— Saint Vincent, patron des viticulteurs et en mémoire de l’abbé VINCENT, ancien curé du lieu,

- Sainte Bernadette, vierge, Ia voyante de Lourdes

- Sainte Véronique et saint Amadour, ce dernier assimilé au personnage de Zachée et que Ia Tradition reconnait comme évangélisateur de nos côtes avant d'être enterré dans le lieu qui porte encore son nom (Rocamadour)

Voilà donc ces rites de la dédicace qui constituent un groupement unique de tous les symboles et actes principaux de la liturgie. Ce que les sacrements de l'initiation réalisent pour une personne, Ia dédicace l’opère pour ce signe visible du rassemblement des fils de Dieu dans la maison du Père qu’est une église.

Votre curé, père Jean-Laurent MARTIN

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+