édito du 25 octobre 2020

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Propositions paroissiales pour la période du 25 au 31 octobre 2020.

Secteurs Pastoraux de Blaye et (le Bourg

Nous sommes à une semaine près de la fête de Toussaint et de la commémoration des fidèles défunts. Les après-midis des 31 octobre, 1°’ et 2 novembre, nous irons dans les cimetières pour prier, visiter, fleurir et illuminer les tombes et les caveaux de nos parents et amis défunts et les bénir en présence du prêtre ou du diacre. Ces gestes profondément religieux ont leurs enracinements chrétiens.

En effet, le chrétien, membre du Christ, est « mort avec le Christ et enseveli avec lui » (2Tim 11). Et, puisque le Christ a pris sur lui notre mort, c'est lui qui meure quand nous mourrons et c’est lui qui est enseveli quand nous le sommes, pour nous ressusciter dans sa résurrection. Ainsi, la tombe de tous ceux qui sont unis au Christ par la vie puis par la mort est, d’une certaine manière, la tombe du Christ ou repose ce corps qui lui appartient et qui ressuscitera, de sa résurrection, au jour fixé. La tombe des hommes est donc le lieu de cette présence de l'attente de la résurrection bienheureuse; elle est, le signe de l'espérance en la résurrection et l'assurance de notre union au Christ ressuscité. C'est pourquoi l'Eglise chante : « pour ceux qui croient en toi, Seigneur, la vie n’est pas détruite, elle est transformée; et lorsque prend fin leur séjour sur la terre, ils ont déjà une demeure éternelle dans les cieux ».

Quand donc nous visitons nos cimetières, les tombes et les caveaux de nos parents et connaissances et que nous y posons des fleurs et des lumignons, nous proclamons l'espérance chrétienne que tous nous ressusciterons. Nous partageons l'espérance qui a poussé Marthe à demander à Jésus de ramener à la vie son frère Lazare qui était mort.

Nous vivons cette foi et cette espérance qui ont conduit Marie Madeleine et sa compagne à porter des aromates au tombeau de Jésus. Ne l'ayant pas vu au tombeau, elles l’ont recherché en pleurant. Et elles ont eu la grâce de voir, les premières, Jésus ressuscité, de l'entendre parler et d'être envoyées par lui aux Apôtres. La visite et les prières au cimetière sont les expressions de notre communion vitale avec nos frères qui reposent dans la paix du Christ. Allons donc aux cimetières, aux heures définies, pour manifester, avec eux, notre attente commune du jour de Dieu en Jésus-Christ notre sauveur.

Abbé Patient AKAKPO, Vicaire.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+