Donnez-leur vous-mêmes à manger

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Edito du dimanche 26 juillet 2020, le jugement dernier

« Donnez-leur vous-mêmes à manger » (Mt 14,16). Cette parole de notre Seigneur Jésus-Christ résonne encore aujourd’hui au cœur des chrétiens et des hommes de bonne volonté, à cœur d’être miséricordieux comme Jésus. L’actualité étonnante de cet évangile s’enracine dans la situation nouvelle de la faim dans le monde frappé par la pandémie du Covid-19.

La FAO estime dans son rapport du 15 juillet 2019 que plus de 820 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde. L’Afrique est la région la plus touchée :   277 millions de personnes soit 21,5% de la population y sont en situation d’insécurité alimentaire grave, près de 20% de la population du continent souffre de sous-alimentation, avec plus de 90 % de cette population vivant en Afrique subsaharienne. Les pays développés sont aussi bien concernés par ce drame : l’Amérique du Nord et l’Europe comptabilisent 10,6 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire grave.

D’après la CEDEAO, avec l’impact du Covid 19, le nombre de personnes en crise alimentaire et nutritionnelle en Afrique de l’Ouest pourrait passer de 17 à 50 millions entre juin et août 2020. En effet, Les agriculteurs, éleveurs, pêcheurs et transformateurs peinent à poursuivre leurs activités et voient leurs moyens d’existences menacés. Dans les villes comme dans les zones rurales de la région, les populations sont aujourd’hui confrontées à des difficultés d’accès aux marchés alimentaires, à un début de hausse des prix, à une baisse de la disponibilité de certaines denrées de base, conséquences des mesures restrictives mises en place, confinement ou couvre-feu, la fermeture des frontières et l’insécurité dans certaines zones.  Au Burkina Faso, « en quelques jours le sac de 100 kg de mil est passé de 16 000 à 19 000 francs CFA » Au Togo, le sac de maïs est passé rapidement de 16 000 à 24 000 francs CFA.(1 franc CFA = 0,0015 euro). Le problème de la faim ne facilite pas non plus l’écoulement des produits de la vigne.

L’ordre de Notre Seigneur de leur donner nous-mêmes à manger nous appelle, dans les limites de nos possibilités, à une solidarité multiforme. Les uns peuvent apporter directement de la nourriture ou de l’argent aux affamés, comme le Seigneur l’a fait en multipliant les cinq pains et les deux poissons. D’autres peuvent soutenir l’agriculture d’une famille, d’un groupement de paysans ou d’un village. D’autres peuvent apporter leurs conseils etc. Nous commencerons dans notre secteur paroissial de Blaye et Bourg.

 Abbé Patient AKAKPO, vicaire

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+