Avec Jean Vanier

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Edito du dimanche 12 mai 2019

Il y a des vies qui nous marquent et nous réconfortent par leur fécondité prodigieuse ! Assurément, Jean Vanier fait partie de ceux-là. En cette semaine où nous avons appris son retour vers le ciel, beaucoup de voix issues de tous les horizons saluent unanimement ce grand homme au regard lumineux rempli de tendresse et sa profonde confiance dans l'humanité. Son appel à oser cette relation de fraternité avec les plus fragiles, à dépasser nos propres peurs et à construire un monde accueillant pour tous. Il fait partie de ces prophètes qui témoignent d'un chemin possible pour l'humanité alors qu'elle se montre aujourd'hui extrêmement inquiète et angoissée pour cohabiter avec son prochain. L'expérience de Jean Vanier à l'Arche ou par le biais de 'Foi et Lumière'démontre au contraire que lorsque l'on fait tomber ce qu'il appelait les "murs de la peur", cela nous rend capables de devenir co-créateurs de cette maison commune avec une place féconde pour chacun. Pour Jean Vanier, il n'y avait que la charité qui comptait. Il l'a déclinée sur tous les modes et d'abord celui de la présence aimante auprès des plus fragiles. On a beaucoup cité, et à juste titre, la formule de Paul Vl sur « la civilisation de l'amour ». Mais de là à la mettre vraiment en oeuvre ! En ce sens, Jean Vanier aura été le pionnier absolu. Il ne voulait pas être un héros, ni un saint d'ailleurs. C'est bien le signe qu'il l'était, lui qui possédait le secret : « L'amour, ce n'est pas de faire des choses extraordinaires mais de faire des choses ordinaires avec tendresse. »

Je vous laisse cette belle pensée de Jean Vanier sur la Beauté humaine. Puisse t'elle venir nous rejoindre et contempler la beauté de chacun I

La Beauté humaine c'est de s'accepter enfin tel qu'on est. Ne plus vivre dans les rêves ou les illusions, dans la colère ou la tristesse, ne plus rien avoir à prouver, ne plus avoir besoin de fuir ; avoir le droit d'être soi-même. C'est alors qu'on se découvre aimés de Dieu, précieux à ses yeux.

Peut-être n'est-on pas appelés à faire de grandes choses de sa vie, à briller comme un soleil, mais on est appelés à aimer et à s'aimer.

Chacun où on en est, comme on est, avec ses fragilités, ses handicaps. On est appelé à accueillir et aimer et à communiquer ainsi la vie.

Votre curé, abbé Jean-Laurent MARTIN

Photo : Christopher Bemrose - Licence : CC-BY-NC-ND - L'Arche Bognor in Trosly, France

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+