consécration de l'autel de saint-ciers-de-canesse

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Edito du dimanche 30 Août la consécration d'un autel

De bénédictions en consécrations…

Après la bénédiction des bateaux et d’un carrelet ce samedi à Roque de Thau, nos secteurs préparent leur rentrée par une autre journée remplie de bénédictions et même de consécration. Le samedi 12 septembre prochain, nous aurons la joie d’accueillir notre nouvel archevêque, Mgr. Jean-Paul James qui viendra sur le secteur de Bourg afin d’inaugurer officiellement la nouvelle maison paroissiale dont il bénira les murs et les locaux. Tous sont invités à partir de 16h00 pour entourer notre archevêque, grands et petits. A ce sujet, les enfants ou les jeunes présents pourront également recevoir de l’évêque la bénédiction de leurs cartables ou sacs, qu’ils soient d’école ou de catéchisme.

Si le père Patient, la semaine dernière, s’est entretenu avec vous dans l’édito sur le sens théologique de la bénédiction qui trouve son expression la plus accomplie dans l’eucharistie, je me permets de revenir avec vous sur l’étymologie première de la bénédiction. Issue du terme latin ‘benedicere’, une bénédiction peut se traduire par dire (dicere) du bien (bene). C’est donc Dieu qui, par la médiation d’un ministre ordonné (évêque, prêtre ou diacre), veut ‘dire du bien’ d’une personne ou d’un objet participant à une activité humaine. Ainsi, en bénissant une maison, une médaille ou même une salle paroissiale, le rituel du livre des bénédiction rappelle que l’existence de l’homme dans tous ses états (travaillant, priant, réfléchissant dans son lieu de vie ou de loisir…) peut et doit recevoir de Dieu la plénitude de son amour. Tout de l'homme intéresse Dieu ! En acceptant de se laisser bénir dans toutes les dimensions de sa vie, celui qui est béni apprend à reconnaître la présence aimante de Dieu et par entraînement saura lui aussi dire du bien de ses frères et à ses frères : les réconfortant, les conduisant à voir eux aussi la présence de Dieu dans leur quotidien.

Lors de la messe paroissiale qui suivra, notre évêque consacrera le nouvel autel installé, en lien avec la paroisse, par l’association de sauvegarde de l’église de Saint-Ciers-de-Canesse. Appelé aussi dédicace, la liturgie qui consacre un autel (ou une église) est peut-être la plus complète et la plus significative de toutes les célébrations liturgiques : lustration, onction par le Saint-Chrême, pose des reliques dans l’autel, illumination, encensement et enfin parement de l’autel se vivront au cours de cette messe. La semaine prochaine, nous reviendrons ensemble sur l’importance de ces rites. Prions déjà pour que ces signes liturgiques soient pour chacun l’occasion de renouveler en cette nouvelle pastorale notre attachement au Christ et à son Eglise.

Votre curé, père Jean-Laurent MARTIN

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+