Des nouvelles d'Enguerran

Au terme de sa formation au séminaire de Bruxelles comme séminariste de la Communauté de l'Emmanuel pour le diocèse de Bordeaux, Enguerran de Kerhor est parti le 1er octobre 2015 pour deux ans en mission au Cameroun avec Fidesco.

IMG 9655

Voici maintenant une bonne semaine que je suis au Cameroun et il est plus que temps de vous partager quelques nouvelles en profitant qu’internet fonctionne en ce moment.

Depuis mon arrivée jusqu’à aujourd’hui j’ai eu le temps d’en voir de toutes les couleurs et même de m’offrir mon premier paludisme avec une infection bactériologique aiguë qui m’ont valu de passer mon we à l’hôpital. Je me remets doucement mais le moral est bon. Sachant qu’il faut 7 jours d’incubation pour que le paludisme se déclare, je crois que je détiens le record du palu attrapé le plus vite. J’ai dû être piqué dès la sortie de l’avion à Douala.

L’arrivée à Douala est saisissante. D’abord par le climat, en sortant de l’avion j’ai eu le sentiment de rentrer dans un hammam car la température est d’environ 30° avec 98% d'humidité. Sur les conseils des coopérants je me suis mis en col romain afin de faciliter les procédures de sortie de l’aéroport et ça fonctionne ! Le pays est profondément catholique et aussi un peu superstitieux ce qu’il fait que les camerounais à la fois respectent beaucoup les hommes d’Eglise et ont peur que Dieu les punisse de leur mauvaise action.

Maintenant que je suis à Bafoussam (5h de route de Douala), je porte le col romain que pour les dimanches ou jours de fête. J’ai même une soutane en confection car les séminaristes la porte dès l’admission. L’entrée dans la culture camerounaise passe aussi par là.

Mon arrivée et mon installation à Bafoussam ont été assez rudes car je me suis trouvé plongé assez brutalement dans la vie 100% camerounaise en m'installant dans un presbytère où les notions d’accueil ne sont pas tout à fait les mêmes que chez nous. Après avoir rangé et nettoyé ma chambre de fond en comble, je prends progressivement mes marques dans la paroisse et dans la ville. Les camerounais sont extrêmement chaleureux et je suis sans cesse salué par l'expression « bonne arrivée père Enguerran » qui continue de me faire sourire.

IMG 9641

Mercredi et jeudi derniers j’ai pu commencer les visites des personnes des quartiers pauvres de la paroisse. Ce sera le coeur de ma mission ainsi que je vous l’ai un peu partagé. Lors de ces premières rencontres j’ai été très fortement marqué par la foi et la joie de ces personnes lors de notre venue. Plusieurs d’entre-elles, après avoir reçu la communion m’ont littéralement partagé qu’elles pouvaient retourner à Dieu, car elles avaient maintenant Jésus avec elles. De façon plus générale, la foi culturelle ou personnelle des camerounais leur donne une soif de Dieu et des sacrements qui me touche profondément et stimule mon désir de devenir prêtre. 

Je me confie toujours bien à votre prière et vous assure des miennes,

Très fraternellement,

Enguerran